Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Sauvegarde d'un bâtiment

En janvier 2012, l’état d’un bâtiment situé sur la rive du Diaka (bras du Niger qui arrose Kara) s’est révélé inquiétant. En effet, en périodes de crue, ses fondations sont rongées et déchaussées par les flots qui emmènent le sable, mettant en péril l’assise du bâtiment.

 

Une digue de protection

 

Digue 10   Digue 7
AVANT   APRES

 

ADRIAS prend conseil auprès d’Abdelkader Fofana, (architecte reconnu au Mali en particulier pour ses travaux à Djenné). Son verdict, corroborant celui d’un de nos collègues d’ADRIAS, est sans appel : « Si on ne fait rien, dans les deux ans le bâtiment s’écroulera »

Au début de cette année, le responsable du village, Niaga Ouedraogo, nous a alertés, insistant sur la nécessité d’une intervention rapide avant la période des crues afin de sauvegarder le bâtiment.

La construction d’une digue de protection est la solution présentée, accompagnée d’un devis proposant l’intervention d’un maçon de Ségou qui effectuerait les travaux avec l’aide des habitants de Kara. Ceux-ci toujours aussi impliqués dans le sauvetage du patrimoine interviendraient bénévolement.

L’opération est lancée, illustrant une fois encore, le principe de Co- développement souhaité par ADRIAS. Chacun apporte en fonction de ses moyens.
Les travaux se sont achevés de justesse, avant la saison des pluies qui commence en juin.

 

ADRIAS a apporté son aide à l’opération en finançant les fournitures nécessaires :

 

  • 5 camions de pierres transportées de Mopti (il n’y en a pas à Kara)
  • 5 tonnes de ciment, du gravier, du ferraillage.
  • La location d'un chargeur en fin de chantier.
  • La rémunération du maçon.

 

Les habitants de KARA ont fourni :

 

  • Le sable qu’ils ont puisé sur place
  • La main d'œuvre nécessaire

 

Tout le monde est ravi de l’aboutissement de l’opération qui n’est que le début du chantier de sauvegarde. Un autre bâtiment (la bibliothèque) lui aussi en bordure du Diaka, doit être protégé.Bien évidemment, il est souhaitable de ne pas attendre que la rivière ait commencé son action destructrice avant d'intervenir.